<p>Le 1er août 1936, Hitler ouvrit les XIe Jeux olympiques d'été. Inaugurant un nouveau rituel olympique, un coureur portait une torche transmise en relais depuis le site des anciens jeux à Olympie, en Grèce. Cette photographie représente un coureur avec la torche olympique devant la porte de Brandebourg, dans Berlin, peu avant la cérémonie d'ouverture. Berlin, Allemagne, juillet-août 1936.</p>

1936, les Jeux olympiques nazis de Berlin : inauguration du relais de la flamme olympique

CONTEXTE

Le 13 mai 1931, le Comité international olympique, présidé par le comte Henri Baillet-Latour, de Belgique, attribua à Berlin l’organisation des Jeux d’été de 1936. Ce choix symbolisa le retour de l'Allemagne sur la scène internationale, après sa défaite lors de la Première Guerre mondiale.

Deux ans plus tard, Adolf Hitler, chef du parti nazi, devint chancelier d’Allemagne. Rapidement, il transforma la démocratie fragile du pays en une dictature à parti unique. La police arrêta des milliers d'opposants politiques et les plaça dans des camps de concentration sans le moindre procès. Le régime nazi mit également en pratique sa politique raciale visant à « purifier » et à renforcer la population « aryenne » d'Allemagne. Une campagne implacable fut lancée afin d'exclure de la vie du pays dans tous ses aspects les 500 000 juifs vivant en Allemagne.

AOÛT 1936

Pendant les deux semaines d'août 1936 que durèrent les Jeux olympiques, la dictature nazie d’Adolf Hitler camoufla son caractère raciste et militariste. Le temps des Jeux, le régime minimisa son programme antisémite et ses projets d'expansion territoriale et exploita l'événement pour offrir aux nombreux spectateurs et aux journalistes étrangers l'image fausse d’une Allemagne pacifique et tolérante.

L'Allemagne promut habilement les Jeux olympiques au moyen de double-pages dans les magazines et d'affiches pleines de couleurs. L’imagerie sportive établissait un lien entre l’Allemagne nazie et la Grèce antique. Ces descriptions symbolisaient le mythe racial nazi selon lequel la civilisation allemande, supérieure aux autres, était l’héritière légitime de la culture « aryenne » de l’Antiquité classique.

Les efforts pour orchestrer cette propagande se poursuivirent bien après les Jeux, avec la sortie internationale en 1938 des Dieux du stade, documentaire controversé de la réalisatrice Leni Riefenstahl.

L'OUVERTURE DES JEUX

Le 1er août 1936, Hitler ouvrit les Jeux de la XIe Olympiade. Des fanfares musicales dirigées par le célèbre compositeur Richard Strauss annoncèrent l'arrivée du dictateur à une foule majoritairement allemande. Des centaines d'athlètes, en tenue de cérémonie d'ouverture, défilèrent dans le stade par ordre alphabétique des équipes. Inaugurant un nouveau rituel olympique, un coureur apparut, portant une torche transmise par relais depuis le site des anciens jeux à Olympie, en Grèce.

LE RELAIS DE LA TORCHE OLYMPIQUE

C'est pour les Jeux de 1936 que fut organisé le relais de la torche olympique pour la première fois. Entre le site des anciens jeux à Olympie et Berlin, les 3 422 porteurs de la torche coururent chacun un kilomètre. L'ancien athlète olympique allemand Carl Diem avait établi le parcours à partir de l'un de ceux effectués à Athènes en l'an 80 avant notre ère. Cela convenait parfaitement aux propagandistes nazis, qui utilisèrent les parades et les rassemblements à la torche pour attirer les Allemands, et plus particulièrement les jeunes, vers le mouvement nazi.

La torche elle-même fut fabriquée en 1936 par Krupp, une entreprise allemande plus célèbre pour sa production d'acier et d'armements.

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.