Témoignage video

Israel Ipson décrit les travaux forcés de construction d'une piste d'atterrissage

Israel grandit à Kovno, en Lituanie, et y obtint un diplôme de droit en 1933. A cause la discrimination à l'égard des Juifs, il fut incapable d'exercer. Les Allemands envahirent l'Union Soviétique en juin 1941 et occupèrent la Lituanie. Le ghetto de Kovno fut établi au mois d'août de cette année. Se prétendant mécanicien, Israel échappa à plusieurs massacres. Il fut obligé de travailler à la construction d'une piste d'atterrissage en bois à l'extérieur du ghetto. Après s'être enfuis, Israel, sa femme et son fils se cachèrent dans une fosse à pommes de terre pendant neuf mois, jusqu'à leur libération par les forces soviétiques en 1944.

Transcription complète

L'aéroport lituanien était un champ. L'été,  quand il faisait sec, quand il faisait beau, ça allait, on pouvait y faire atterrir un avion. Mais en hiver, en automne, c'était boueux, un avion ne pouvait pas s'y poser. Alors les Allemands décidèrent qu'ils allaient construire une piste. C'est ce qu'ils allaient faire, ils prirent des planches de bois, d'un mètre quatre-vingt, les coupèrent en trois pour obtenir des morceaux de soixante centimètres qu'ils posèrent directement au sol, et les recouvrirent de gravier.  Pour faire atterrir les avions, ça ressemblerait à une piste. Et c'est ce qu'ils ont fait. Alors ils m'ont mis au travail -- et c'était dur d'aller travailler. Les gens ne voulaient pas -- pour travailler,
l'aéroport était le pire endroit. D'abord c'était un champ, ils n'avaient personne pour l'entourer, et le travail était très, très dur, et les Allemands nous malmenaient. C'est pour cela que j'ai perdu deux doigts. Vous voyez, mon boulot consistait à prendre les planches d'un mètre quatre-vingt et de les couper en trois morceaux avec une scie électrique, mais la scie fonctionnait à l'essence. Vous voyez, un peu comme une scie à chantourner. Et donc j'étais là à couper les planches en trois et à les jeter par terre, alors des femmes venaient les prendre et les emmenaient là où elles devaient servir. Et un jour que j'étais en train de couper une planche, quelqu'un m'a frappé juste là avec un, c'était la crosse d'un fusil, mais très fort... et j'ai tourné la tête comme ça pour voir ce qui s'était passé, qui m'avait frappé. Ce faisant, j'ai bougé la main et mes doigts sont passés sous la scie et je me suis coupé les deux doigts. Et c'était le garde Allemand, qui restait à nous surveiller. Alors, une femme a dit, "Tiens, prends un morceau de fil électrique, fais-toi un garrot parce tu peux te vider de ton sang et tu seras mort en une minute." Alors on m'a trouvé un morceau de fil électrique pour serrer là, mon poignet, aussi fort que possible pour pouvoir arrêter le sang de couler. Et j'ai dû rester comme ça, à travailler avec une seule main jusqu'à sept heures du soir. Je suis rentré dans le ghetto et il y avait un docteur dans le ghetto et il a commencé à me soigner.


  • Jewish Community Federation of Richmond
Références

Cette page est également disponible en

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.