Témoignage video

David Stoliar décrit les pannes de moteur subies par le Struma au départ de Constanta, en Roumanie

En 1936, David partit pour Bucarest vivre avec son père. Lorsque la Roumanie fut placée sous la coupe allemande, les autorités roumaines introduisirent des mesures terriblement strictes contre les Juifs. L'agitation antisémite s'accrut et les Juifs faisaient l'objet d'attaques dans les rues de Bucarest et en d'autres lieux publics. Le père de David décida que son fils devait quitter le pays et organisa son passage en Palestine. En décembre 1941, David quitta la Roumanie depuis Constanta, une ville portuaire sur la Mer Noire, à bord du "Struma," un vieux bateau de transport de bétail. Le bateau eut des problèmes de moteur et atteignit Istanbul, en Turquie, première escale sur sa route vers la Palestine, avec beaucoup de difficultés. Les autorités turques ne permirent pas aux passagers de débarquer et des négociations quant à la poursuite de leur voyage commencèrent. Ils refusèrent finalement le transit des passagers et remorquèrent le "Struma," à peine en état de reprendre la mer, vers la Mer Noire. Quelques heures plus tard, un sous-marin soviétique en patrouille de repérage de bateaux de l'Axe torpilla le "Struma" par erreur. David fut le seul survivant sur les 769 passagers juifs.

Transcription complète

Nous avons quitté Constanta de nuit. On nous a fait sortir du port par un remorqueur roumain, et une fois en mer, ils ont coupé les cordages et ils sont partis. Puis nous avons essayé de mettre les moteurs en marche. Il nous a fallu du temps et de la sueur pour les faire fonctionner. Ils hoquetaient puis s'arrêtaient encore. De toutes façons, je crois que nous y avons passé presque toute la nuit mais le moteur ne se lançait toujours pas. Alors j'ai compris que nous avions commencé à lancer des SOS parce que le bateau flottait sur la mer mais n'allait nulle part. Le capitaine lançait des SOS et finalement le lendemain, le même remorqueur qui nous avait sortis, est revenu. Il est revenu et nous leur avons demandé s'ils pouvaient réparer le moteur et le faire démarrer. Ils ont essayé encore et encore mais ils nous ont dit que cela nous coûterait de l'argent. Alors nous leur avons expliqué que nous étions partis sans rien, que les Douanes nous avaient tout pris. Alors, ils ont demandé que, tous ceux qui portaient une alliance, que nous avions par miracle été autorisés à garder. J'en avais une, mais quoi qu'il en soit, beaucoup de gens en portaient une. Alors nous avons collecté toutes les alliances et nous les avons remises à l'équipage du remorqueur. Alors, ils se sont approchés du moteur et ils ont commencé à tripatouiller le moteur et ils ont posé deux conditions. Si nous leur donnions assez d'argent, ils pourraient nous remorquer jusque dans les eaux turques, ce qui nous prendrait environ une journée. Mais si nous n'en avions pas assez, alors, ils ont dit, d'accord, nous allons essayer de réparer le moteur et s'il fonctionne, nous irons avec vous, nous voguerons près du bateau dans les eaux internationales, près de la Turquie, des eaux turques et nous vous laisserons là. Et finalement le moteur s'est mis à fonctionner et nous avons commencé à voguer vers la Turquie, et le remorqueur est resté près de nous, puis il s'est éloigné.


  • US Holocaust Memorial Museum Collection
Références

Cette page est également disponible en

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.