<p>Troupes SS avançant au cours de l’invasion de la Grèce. L’invasion des Balkans commença en avril 1941. Grèce, pendant la guerre.</p>

Grèce

Le 28 octobre 1940, l'Italie fasciste envahit la Grèce à partir de ses bases en Albanie — qu'elle avait occupée et annexée en avril 1939. Quelques jours suffirent pourtant à l'armée grecque pour repousser les troupes italiennes dans les montagnes albanaises. Le conflit se retrouva alors dans une impasse. Pour sécuriser son flanc dans les Balkans dans la perspective de son attaque imminente de l'Union soviétique (prévue pour le 22 juin 1941), Hitler donna l'ordre d'envahir la Yougoslavie et la Grèce. Les Allemands et les Italiens, appuyés par des unités bulgares, hongroises et roumaines, attaquèrent le 6 avril 1941. Le gouvernement yougoslave s'enfuit à Londres et l'armée capitula le 17 avril. Le 28 avril, la plus grande partie de la Grèce continentale avait été pacifiée par les troupes de l'Axe, mais la résistance grecque se poursuivit jusqu'en juin dans les îles.

Après la capitulation des Grecs, l'Allemagne, l'Italie et la Bulgarie divisèrent le pays en zones d'occupation. L'Allemagne occupa la Macédoine occidentale (y compris Salonique), la Thrace orientale le long de la frontière gréco-turque, les environs d'Athènes, la Crète occidentale et les îles grecques situées à proximité de la Turquie dans le nord de la Mer Egée. La Bulgarie occupa la Thrace occidentale. L'Italie prit le contrôle du reste de la Grèce continentale, de la Crète orientale et des îles grecques du sud de la Mer Egée, de la partie orientale de la Méditerranée et des mers Ionienne et Adriatique. L'Allemagne et l'Italie occupèrent conjointement Athènes.

En 1941, au début de l'occupation, près de 72 000 Juifs vivaient en Grèce. Leur sort allait dépendre des différentes priorités poursuivies par l'Allemagne, l'Italie et la Bulgarie à leur égard.

ZONES DE GRECE OCCUPEES PAR L'ITALIE

En dépit de l'alliance avec l'Allemagne, les autorités militaires d'occupation italiennes se montrèrent généralement sourdes à ses exigences de mise en oeuvre de l'extermination massive des Juifs. Elles les protégèrent même. Des milliers de Juifs s'enfuirent de la zone d'occupation allemande pour trouver une relative sécurité dans la zone sous occupation italienne. La “Solution finale” ne fut mise en oeuvre dans toute la Grèce qu'à partir du 8 septembre 1943, après la capitulation de l'Italie face aux Alliés et la prise de contrôle de ses zones d'occupation par l'Allemagne.

ZONES DE GRECE OCCUPEES PAR L'ALLEMAGNE

Avant guerre, la plus importante communauté juive de Grèce se trouvait à Salonique, au nord du pays. Elle comptait environ 43 000 personnes au momet de l'occupation allemande. En juillet 1942, 2 000 hommes juifs furent soumis au travail forcé sur des projets à Salonique par les autorités militaires allemandes. Les Juifs furent regroupés, en février 1943, dans deux zones-ghettos clôturées. Entre le 20 mars et le 19 août1943, plus de 40 000 Juifs de Salonique furent déportés au camp de mise à mort d'Auschwitz-Birkenau où ils furent pratiquement tous assassinés à leur arrivée.

ZONES ANNEXEES PAR LA BULGARIE DANS LES BALKANS

La Bulgarie avait occupé la Thrace occidentale en 1941 dans l'espoir de l'annexer. En mars 1943, répondant aux exigences de l'Allemagne, des unités de la gendarmerie et de l'armée bulgares concentrèrent environ 4 200 Juifs de Thrace dans des points de rassemblement à Radomir, Dupnitsa et Gorna Dzhumaya . Les Juifs furent remis aux Allemands puis déportés et assassinés au camp de mise à mort de Treblinka, en Pologne occupée.

OCCUPATION ALLEMANDE DE LA PARTIE CONTINENTALE DE LA GRECE

Après le 8 septembre 1943 et la capitulation de l'Italie, l'Allemagne occupa l'ensemble du territoire de la Grèce. Pendant l'année 1944, des unités de l'armée et de la marine allemande concentrèrent les Juifs qui résidaient dans l'ancienne zone d'occupation italienne dans des points de rassemblement. Il furent ensuite déportés à Auschwitz-Birkenau. Ainsi 800 Juifs d'Athènes, près de 2 000 Juifs de l'île de Corfou et près de 2 000 Juifs de l'île de Rhodes furent déportés et dans leur grande majorité assasinés à leur arrive par les SS.

Le 23 août 1944, la Roumanie changea d'alliance pour rejoindre les Alliés et début septembre, la Bulgarie fut occupée par les Soviétiques, ce qui rendit intenable la situation militaire de l'Allemagne en Grèce. Le Haut commandement de l'armée allemande ordonna l'évacuation de la Grèce en passant par la Yougoslavie. A ce moment-là, pas moins de 60 000 Juifs grecs avaient déjà péri. Des milliers survécurent en se cachant chez des amis ou en rejoignant les partisans.