View of the Natzweiler concentration camp. 1945. [LCID: 29130]

Struthof-Natzwiller

  • Twitter
  • Facebook
  • Citer
  • Imprimer
  • Français

    Cette page est également disponible en

Les Allemands créèrent le camp de concentration de Natzweiler-Struthof, l'un des plus petits qu'ils aient construit, près de la ville alsacienne de Natzweiler (germanisation de Natzwiller), à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Strasbourg. Jusqu’à la fin des travaux, en mai 1941, les prisonniers dormaient à l’hôtel du Struthof, tout proche, d’où le nom du lieu. Environ 1500 personnes y étaient détenues, affectées aux carrières voisines, sur des chantiers, et à l'entretien du camp.

À partir de l’été 1943, de nombreux prisonniers « Nuit et brouillard » furent emmenés à Natzweiler-Struthof. Cette opération (Nacht und Nebel) était dirigée contre toute opposition à l'Allemagne, de plus en plus fréquente en Europe de l'Ouest. Les combattants suspectés d’actes de résistance étaient arrêtés sans que leurs familles en soient informées : elles disparaissaient dans « la nuit et le brouillard ». Aussi, de nombreux prisonniers du camp du Struthof étaient membres de la Résistance française.

En août 1943, une chambre à gaz fut construite dans l’un des bâtiments de l’hôtel. Plus de 80 Juifs transférés d'Auschwitz y furent exterminés, et leurs corps envoyés à l’Institut d’anatomie de l’Université de Strasbourg. C'est là que le professeur August Hirt constituait une collection de squelettes juifs afin de prouver, dans le cadre d'études anthropologiques, l'« infériorité raciale » juive. La chambre à gaz servait également à des expériences médicales pseudo-scientifiques sur les gaz toxiques. Les victimes étaient principalement des Tsiganes transférés depuis Auschwitz. Par ailleurs, des prisonniers furent soumis à des expériences visant à mettre au point un traitement contre le typhus et la fièvre jaune.

À partir de 1944, les Allemands accordèrent plus d'importance à la production d’armement. Dans tout le camp de Natzweiler-Struthof, ils utilisèrent les prisonniers comme main-d’œuvre forcée pour la fabrication d’armes et la construction d’ateliers de production souterrains (rendus nécessaire par les bombardements alliés sur les complexes industriels allemands).

LES SOUS-CAMPS DU STRUTHOF

L'ensemble comptait plus de 50 sous-camps, situés en Alsace-Lorraine ainsi que dans les provinces allemandes voisines du Pays de Bade et du Wurtemberg. À l’automne 1944, environ 7000 prisonniers se trouvaient dans le camp principal et plus de 20 000 dans les sous-camps.

LA LIBÉRATION DU STRUTHOF

À l’approche des forces alliées en septembre 1944, les autorités SS évacuèrent le camp principal et répartirent les prisonniers dans les sous-camps, qui furent démantelés l'année suivante, en mars 1945. La plupart des prisonniers furent soumis à des marches de la mort sur de longues distances et dans des conditions extrêmement brutales en direction du camp de Dachau, dans le sud de l’Allemagne.

De mai 1941 à mars 1945, entre 19 000 et 20 000 personnes trouvèrent la mort dans le réseau de camps de concentration du Struthof-Natzweiler.

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.