Témoignage video

Isaac (Mike) Danon décrit les conditions de vie et les forces d'occupation italiennes en Yougoslavie

Isaac vivait avec ses parents et ses trois soeurs à Split, sur la côte de la Dalmatie, en Yougoslavie. Lorsque les Allemands et les forces de l'Axe envahirent et divisèrent la Yougoslavie en 1941, les forces italiennes occupèrent Split ainsi que d'autres régions côtières de la Yougoslavie. Les autorités d'occupation italiennes en Yougoslavie empêchaient généralement que des attaques violentes soient commises envers les Juifs. La zone italienne devint un havre de paix pour ceux qui fuyaient les Nazis ou les Oustachi (fascistes croates). Après que l'Italie eut signé un armistice avec les Alliés en 1943, la zone fut occupée par l'Allemagne. Isaac et son père rejoignirent les partisans. Ils s'enfuirent ensuite vers les îles occupées par les Alliés au large de la Yougoslavie et de l'Italie. Les membres de la famille d'Isaac furent réunis au sud de l'Italie. Ils arrivèrent à Fort Ontario, dans l'état de New York, sur un bateau de réfugiés en 1944.

Transcription complète

Il y avait environ deux cents familles juives en ville. Quelques mois plus tard, le nombre était monté à quatre ou cinq mille, et ensuite, peut-être dix mille personnes sont venues d'ailleurs. Et à cette période, les Italiens commençaient à paniquer -- les autorités italiennes -- alors ils ont demandé à la communauté juive de les répartir sur toute la zone qu'elle contrôlait. Et puis, finalement, ils ont commencé à les emmener ailleurs, et je suppose qu'on peut appeler ça des centres d'internement. Deux secteurs différents le long de la côte occupée et aussi en Italie même. Je n'y pensais pas trop mais les Italiens étaient vraiment, comment puis-je dire, ils aidaient beaucoup de gens. Ils nous ont sauvés, pour une chose. Et à plusieurs reprises, quand les Allemands ou leurs sous-fifres, les Croates, voulaient occuper certaines villes ou voulaient emmener certains Juifs dans les camps de concentration, les Italiens arrivaient et disaient, "vous êtes sur notre zone et vous ne pouvez pas y entrer." Vous savez, pour eux, c'était une question de territoire, mais pour nous, c'était une question de vie ou de mort.


  • US Holocaust Memorial Museum Collection
Références

Partager