<p>Juifs chargés de force dans des wagons destinés au camp d’extermination de Belzec. Lublin, Pologne, 1942.</p>

Belzec : Chronologie

GLOBOCNIK A LA TETE DE LA SS ET DE LA POLICE DE LUBLIN
1939-1941

Heinrich Himmler, Reichsführer-SS (Responsable de la SS du Reich) et chef de la police allemande nomme le général SS Odilo Globocnik à la tête de la SS et de la police du district de Lublin le 1er novembre 1939. Le 17 juillet 1941, Himmler nomme Globocnik Commissaire de l'Etablissement des bases SS et de la police dans les territoires de l'est occupés. Au début de l'automne de la même année, Himmler confie à Globocnik l'organisation de l'extermination massive des Juifs résidant dans le Gouvernement général (partie de la Pologne occupée par les Allemands, non annexée directement à l'Allemagne, et rattachée à la Prusse orientale allemande ou intégrée à l'Union soviétique occupée par les Allemands). Cette opération sera ensuite appelée l'Opération Reinhard (ou Aktion Reinhard) d'après le nom du responsable de l'Office central central de la sécurité du Reich, Reinhard Heydrich. Trois centres de mise à mort (Belzec, Sobibor et Treblinka II) seront construits dans le but exclusif de tuer des Juifs. Au cours de l'Opération Reinhard, entre mars 1942 et novembre 1943, les Allemands exterminent environ 1,7 million de Juifs.

CONSTRUCTION DU CAMP DE BELZEC
1er novembre 1941

Sous la supervision de SS, de policiers et de gardiens de la police auxiliaire formés à Trawniki, des travailleurs civils polonais commencent la construction d'un centre de mise à mort à la périphérie de Belzec, au sud-est de la Pologne le long d'une importante voie de chemin de fer qui relie les grands centres de populations juives de Lvov, Krakow et Lublin et de leurs banlieues. Le centre de mise à mort de Belzec est le premier centre de l'Aktion Reinhard à entrer en service. Des chambres à gaz sont construites dans un bâtiment en bois et fonctionneront au monoxyde de carbone. Le camp fut opérationnel en mars 1942. En février 1942, des SS, des policiers et des gardiens formés à Trawniki massacrent des petits groupes de Juifs déportés des villes proches de Belzec pour tester l'efficacité et la capacité des chambres à gaz.

DEBUT DES OPERATIONS DE GAZAGE
17 mars 1942

L'extermination massive et systématique des Juifs commence à Belzec avec la déportation des Juifs de Lublin. Ce fut la première déportation de ce qui sera appelé l'Opération Reinhard. A la date du 14 avril 1942, environ 30 000 Juifs originaire de Lublin (sur les 37 000 que comptait la ville) et environ 15 000 de Lvov (Lwow, L'viv) ont été tués par les SS et les policiers. Au cours de l'été 1942, plus de 120 000 Juifs du district de Cracovie (Krakow) sont déportés à Belzec. Entre mars et juin 1942, environ 85 000 Juifs y sont exterminés.

SUSPENSION TEMPORAIRE DES OPERATIONS DE GAZAGE
19 juin 1942

La première phase des opérations de gazage prend fin après l'arrivée à Belzec de plus de 11 000 Juifs de Tarnow. A Lublin, les responsables de l'Opération Reinhard suspendent les déportations afin de remplacer le bâtiment en bois des chambres à gaz par un bâtiment plus important. Les responsables de la SS et de la police construisent un bâtiment plus vaste avec six chambres à gaz capables d'exterminer 1 500 personnes simultanément. Les six chambres à gaz qui entrent en service en juillet fonctionnent, comme la chambre d'origine, au monoxyde de carbone émis par un moteur automobile.

REPRISE DES DEPORTATIONS VERS BELZEC
7 juillet 1942

Les déportations vers Belzec reprennent. Au cours de cette phase de déportations, les SS et les policiers déportent environ 350 000 Juifs des districts de Krakow, de Lublin et de Lvov à Belzec.

RAPPORTS POLONAIS SECRETS SUR BELZEC
10 juillet 1942

Des responsables de la résistance polonaise envoient un rapport au gouvernement polonais en exil à Londres décrivant le processus d'extermination dans le camp de Belzec. Des organisations clandestines polonaises envoient également des rapports sur tous les camps de l'Aktion Reinhard à des organisations juives, au gouvernement polonais en exil à Londres, au gouvernement britannique et à d'autres organisations alliées en Europe de l'ouest. La plupart de ces rapports sont accueillis avec scepticisme et méfiance, aucune mesure importante n'est prise pour avertir les Juifs encore dans les ghettos de la nature des camps.

UN RESPONSABLE SS INSPECTE BELZEC
19 août 1942

L'officier SS Kurt Gerstein inspecte Belzec. Il vérifie, en tant que responsable de l'Institut d'Hygiène de la Waffen SS de l'Office central des opérations de la SS, l'efficacité du monoxyde de carbone dans les trois camps de l'Opération Reinhard.

ARRET DES OPERATIONS A BELZEC
Décembre 1942

Les responsables de l'Opération Reinhard arrêtent les déportations à Belzec. Au total, environ 434 500 Juifs furent tués au centre de mise à mort de Belzec.