Opération Torch : l'invasion anglo-américaine en Afrique du Nord

L'opération

L'Opération Torch désigne l'invasion anglo-américaine du Maroc et de l'Algérie français pendant la campagne nord-africaine de la Seconde Guerre mondiale. Fruit d'un compromis délicat entre les Alliés, elle se déroula du 8 au 16 novembre 1942 et visait à diminuer la pression sur l'Union soviétique en mettant en danger les forces de l'Axe dans la région et en ouvrant la voie à une invasion de l'Europe méridionale en 1943.

Commandée par le général Dwight D. Eisenhower, l'opération fut conçue comme un mouvement de tenaille, avec d'une part le débarquement américain sur la côte atlantique marocaine, et d'autre part le débarquement anglo-américain sur la côte méditerranéenne en Algérie. L'objectif principal était d'assurer des têtes de pont afin d'ouvrir un second front à l'arrière des forces allemandes et italiennes, qui combattaient les Britanniques en Libye et en Égypte.

La nuit du 8 novembre, une vaste flotte composée de 350 bâtiments de guerre et 500 navires de transport, forte de 107 000 hommes, arriva des États-Unis et de Grande-Bretagne dans la plus grande discrétion pour se retrouver sur la côte nord-africaine. Le lendemain matin, les Alliés déclenchèrent l'assaut et trois task forces (corps expéditionnaires) entreprirent de saisir les ports et aéroports stratégiques de Casablanca, Oran et Alger, avant d'avancer vers la Tunisie, à l'est.

Pour les forces d'invasion, il s'agissait de vaincre l'opposition française sur un territoire contrôlé par le régime de Vichy, dirigé par le maréchal Philippe Pétain. Son gouvernement disposait de 125 000 soldats au Maroc, en Tunisie et en Algérie, ainsi qu'une puissante artillerie côtière, de nombreux chars, avions et navires de guerre. Les services de renseignement britanniques, optimistes, estimaient que les Français n'opposeraient qu'une faible résistance. Ils se trompaient.

Le 7 novembre, les forces de Vichy avaient déjoué une tentative de coup d'État par le général pro-Alliés Antoine Béthouart contre le commandement français au Maroc. Une résistance française tenace causa d'importantes pertes sur plusieurs points d'assaut, puis le Western Task Force parvint à atteindre ses objectifs. Le 10 novembre, les troupes alliées étaient prêtes à attaquer Casablanca. Après un bref combat naval, les Français se rendirent, évitant une guerre totale.

À Oran, le Center Task Force rencontra également une résistance française féroce, jusqu'à la reddition de la ville le 9 novembre.

De son côté, l'Eastern Task Force fut aidé par le coup d'État réussi de la résistance française d'Alger, qui neutralisa le XIXe corps français avant l'arrivée des Alliés. Ceux-ci avancèrent rapidement vers l'intérieur des terres et le général Juin capitula dans la soirée du 9 novembre. Poussés par le général Mark Clark, adjoint d'Eisenhower, l'amiral Jean-François Darlan, haut commissaire en Afrique du Nord, et le général Juin ordonnèrent à leur tour aux forces françaises de cesser toute résistance armée à Oran et au Maroc les 10 et 11 novembre.

Conséquences de l'Opération Torch

L'Opération Torch a un héritage politique mitigé. En échange de sa coopération, Darlan put rester pour un temps à la tête de l'administration française quand les forces françaises nord-africaines rejoignirent les Alliés, ce qui indigna Charles de Gaulle et d'autres membres de la France libre.

L'opération entraîna également des conséquences militaires imprévues. En apprenant le Darlan Deal (le marché des Alliés avec Darlan), Adolf Hitler ordonna l'occupation de la France de Vichy et développa les forces de l'Axe en Tunisie, où elles allaient bientôt affronter les troupes britanniques. Tunis ne tomba pas tout de suite aux mains des forces britanniques et américaines. A contrario, l'invasion ne parvint pas à éloigner les nombreux Allemands du front de l'Est, pourtant l'une des raisons stratégiques capitales de l'opération.

Il faut cependant noter son succès, puisqu'elle fut la campagne la plus vaste à ce jour sur le théâtre atlantique ainsi que la plus grande opération menée conjointement par les États-Unis et le Royaume-Uni pendant la Seconde Guerre mondiale. Après trois ans d'emprise allemande et italienne, leurs forces parvenaient à saisir l'offensive.

Les leçons tirées de l'opération allaient forger la prise de décision anglo-américaine et faciliter la réussite des invasions en Europe pendant le reste du conflit.

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.