Témoignage video

Alice (Eberstarkova) Masters décrit son départ de Tchécoslovaquie dans un Kindertransport (transport d'enfants)

Alice grandit dans un petit village de Tchécoslovaquie. Elle était la cadette de trois soeurs d'une famille aisée et très unie. Ses parents étaient pratiquants et très actifs au sein de la communauté juive. Après l'annexion allemande de certaines parties de la Tchécoslovaquie en mars 1939, l'antisémitisme se fit plus prononcé. L'un des oncles d'Alice, un homme d'affaires qui s'était installé en Grande-Bretagne, aida ses parents à intégrer Alice et ses deux soeurs au programme du Kindertransport (Transport des Enfants) vers l'Angleterre. les soeurs vécurent dans un foyer pour enfants au sud de l'Angleterre, près de la côte. Elles durent être évacuées de la région en 1941. Alice fréquenta ensuite l'école, obtint des diplômes et travailla dans une librairie de Londres pendant près d'une année. En 1943 ou 1944, elle commença à travailler comme secrétaire bilingue pour le gouvernement tchèque en exil. Alice émigra en Amérique en 1948.

Transcription complète

Alors nous sommes montées dans le train. Bien sûr, c'était très, très émouvant, mais tous ces enfants étaient dans le même bateau. Et une autre petite fille s'est jointe à nous. Son nom était Eva Rothberger, elle avait, elle avait 10 ans aussi. Ma sœur — au fait, ma sœur aînée avait 15 ans. Je venais d'avoir 14 ans, et ma petite sœur en avait 10. Une autre petite fille s'est jointe à nous, la fille d'un ami de mon oncle. Elle s'appelait Eva Rothberger, et elle est venue avec nous, nous étions donc quatre. Et il y avait beaucoup d'enfants dans le compartiment, et nous avions peur, nous étions nerveux. Et il y avait d'autres enfants dans le même bateau, alors je suppose que nous ne savions pas trop à quoi s'attendre. Mais notre père nous avait expliqué que nous allions passer par la Hollande, et parce que c'était vendredi soir, nous allions descendre du train et passer le Shabbat… Sabbat à, euh, Amsterdam ou La Haye, je ne suis pas sûre par où nous sommes passés, mais en tout cas, en Hollande. Nous étions bien nerveuses, mais quand nous sommes arrivées en Hollande le vendredi soir, on nous a dit que les autorités néerlandaises ne voulaient pas nous laisser descendre du train. Je pense qu'ils avaient peur que trop de réfugiés soient déposés à la frontière, en Hollande. Alors ils ont décidé que personne ne descendrait du train. Alors au lieu de ça, des tas de gens se sont rendus à la garde avec, euh, du chocolat chaud et des tablettes de chocolat et des biscuits, et ils nous donnaient ces choses par les fenêtres ouvertes du train. Et j'en étais très, très reconnaissante. Je me disais que c'était très gentil, même si j'étais très déçue et ça me faisait mal qu'ils ne veulent pas de nous. Que les autorités néerlandaises ne veuillent pas que l'on descende du train, je ne pouvais pas – je veux dire, c'était très douloureux pour moi de penser qu'ils… que ces gens ne voulaient pas de nous. Je veux dire, je ne pouvais pas le comprendre, mais j'étais aussi très heureuse qu'ils soient venus et j'étais reconnaissante de voir tous ces gens au train qui faisaient quelque chose pour nous. J'imagine que c'est ce qui m'a consolé. Ensuite, nous avons traversé — nous avions très peur quand nous sommes arrivés en Allemagne, parce que nous, il y avait une inspection. Les soldats allemands en uniforme sont montés dans le train. Tout le, euh, et ils ont inspecté nos bagages. Et nous avions très peur, et bien sûr, une fois que nous avons quitté l'Allemagne, nous étions ravies, tellement pleines de joie. Nous étions enchantées d'être sorties d'Allemagne, et nous disions, « Maintenant, ça va, nous sommes en sécurité, en sécurité. »


  • US Holocaust Memorial Museum Collection
Références

Partager

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.