Musique

Réjouissez-vous, amusez-vous, les enfants

Titre original: Hulyet, hulyet, kinderkekh

Musicien: Daniel Kempin
Chanteur: Mordecai Gebirtig
Compositeur: Mordecai Gebirtig

Mordecai Gebirtig, né en 1877 à Cracovie, en Pologne, était un parolier et poète folklorique yiddish. Gebirtig avait trois filles, pour qui il a écrit et chanté ses poèmes. Les mots étaient portés par des mélodies improvisées. La plupart de ses chansons égrènent sous la forme d'un journal intime les différents moments de la journée. Bon nombre des poèmes de Gebirtig portent également sur les thèmes de la vie des Juifs d'Europe de l'Est dans les années 20 et 30. Les paroles de "Réjouissez-vous, amusez-vous, les enfants" reprennent un motif printanier récurrent dans les autres œuvres de Gebirtig. Dans les paroles, un narrateur âgé presse les enfants de jouer sans perdre un seul jour, car "il n'y a qu'un instant, tu sais, entre le printemps et l'arrivée de l'hiver".

Jouez, chers enfants, maintenant,
Car le printemps vient juste de commencer !
Oh, les enfants, vous n'avez pas idée
Comme je vous envie

Soyez joyeux, riez, les enfants,
Tant que vous êtes jeunes ;
Cela passe trop vite, vous savez,
Parce qu'après le printemps, l'hiver finira toujours par arriver.

Jouez, chers enfants, maintenant,
Ne perdez pas un seul jour,
Laissez-moi jouer avec vous,
Donnez-moi cette immense joie.

Soyez joyeux, riez, les enfants,
Tant que vous êtes jeunes ;
Cela passe trop vite, vous savez,
Parce qu'après le printemps, l'hiver finira toujours par arriver.

De grâce, ne fixez pas mes cheveux gris --
Ils perturberont votre joie ?
Mon esprit est toujours jeune,
Même si c'est la vieillesse qui m'emplit.

Soyez joyeux, riez, les enfants,
Tant que vous êtes jeunes ;
Cela passe trop vite, vous savez,
Parce qu'après le printemps, l'hiver finira toujours par arriver.

Mon esprit est toujours jeune,
Il aspire aux temps anciens ;
Comme j'aurais volontiers laissé derrière moi
Cete chaire si vieille qui est la mienne.

Soyez joyeux, riez, les enfants,
Tant que vous êtes jeunes ;
Cela passe trop vite, vous savez,
Parce qu'après le printemps, l'hiver finira toujours par arriver.

Jouez, chers enfants, maintenant,
Ne perdez pas un seul jour ;
Bientôt le printemps touchera à sa fin,
Et aussi, votre joie la plus grande.

Soyez joyeux, riez, les enfants,
Tant que vous êtes jeunes ;
Cela passe trop vite, vous savez,
Parce qu'après le printemps, l'hiver finira toujours par arriver.