Témoignage video

Ludmilla Page décrit son arrivée à Auschwitz plutôt qu'à l'usine de munitions d'Oskar Schindler à Bruennlitz

Ludmilla naquit au sein d'une famille juive bien intégrée à Kishinev, en Roumanie. Sa mère, médecin, et elle vivaient en Pologne lorsque les Allemands l'envahirent le 1er septembre 1939. Elles furent emmenées à Cracovie ; sa mère fut conduite dans le ghetto de Varsovie. Ludmilla travailla dans une usine du camp de travail de Plaszow pour le compte d'un homme d'affaires ami de l'industriel Oskar Schindler. En octobre 1944, Schindler tenta de sauver plusieurs travailleurs juifs en les réaffectant dans une usine de munitions de Bruennlitz, dans les Sudètes. Ludmilla fit partie de la liste de Schindler, désignant les personnes à réaffecter. Elle et près de trois cents autres femmes furent brièvement détenues à Auschwitz avant d'arriver à Bruennlitz. Là-bas, certains des travailleurs cherchèrent à saboter la production de munitions. Ludmilla fut libérée au début du mois de mai 1945.

Transcription complète

Au début du mois de novembre, mon mari et moi nous sommes aperçus que nous étions sur la liste. Nous étions très heureux, nous ne savions pas ce qui nous attendait mais nous savions que nous irions dans un endroit bien meilleur que tout ce ne pouvions imaginer à cette époque. Les hommes sont partis une semaine avant les femmes et, plus tard, nous avons découvert qu'ils n'étaient pas allés directement à, Bruen...Bruennlitz, ils étaient passés par Gross-Rosen, j'y ai séjourné je crois quelques jours, et c'était un camp très difficile, mais ils sont finalement arrivés à Bruennlitz. Les femmes, quant à elles, nous sommes parties une semaine plus tard et nous étions dans des wagons à bestiaux bien sûr, serrées comme des sardines. Et nous partions, nous ne savions pas où, nous supposions que nous allions à Bruennlitz, directement. Soudain, nous sommes arrivées devant cette plate-forme célèbre, désormais célèbre à la gare d'Auschwitz où des SS couraient comme des fous avec leurs chiens qui aboyaient sans cesse. Ils ont commencé à nous tirer hors des trains et nous ont conduits nous faire passer la sélection, qui, en elle-même, était terrible. Nous devions nous deshabiller entièrement. A cette époque, je portais déjà des lunettes, et je les ai serrées dans ma main parce que je savais que sans lunettes, je ne pourrais pas travailler. Alors je les ai serrées, et Dieu merci, personne ne les a vues. Certaines femmes avaient la tête rasée. J'avais les cheveux coupés très courts, alors je ne sais pas comment ils ont fait, probablement, vous voyez, ils ont du prendre certaines personnes au hasard. Alors, bien sûr les Allemands riaient et faisaient des plaisanteries grasses et c'était tout simplement terrible. Nous n'étions absolument pas préparées à ça parce que nous pensions que nous allions chez Mr. Schindler, dans son camp.


  • US Holocaust Memorial Museum Collection
Références

Partager