<p>Détenus lors de l’appel au camp de concentration de Buchenwald. Leurs uniformes portent des badges triangulaires de classification et des numéros d’identification. Buchenwald, Allemagne, 1938-1941.</p>

Les différents catégories de détenus dans les camps de concentration nazis

Les opposants politiques — essentiellement des communistes, des démocrates sociaux et des syndicalistes — furent les premières victimes des persécutions dans l'Allemagne nazie. Les Témoins de Jéhovah, qui refusaient de servir dans l'armée allemande ou de prêter le serment d'obédience à Adolf Hitler, furent également visés. Les homosexuels allemands, dont l'orientation sexuelle était considérée comme une entrave à l'expansion de la population allemande, furent aussi victimes des persécutions. Beaucoup furent emprisonnés puis, après avoir purgé leur peine, placés en détention provisoire dans des camps de concentration.

Les nazis persécutèrent ceux qu'ils considéraient “racialement inférieurs”. Si l'idéologie raciale nazie visait principalement les Juifs, elle s'étendait aussi aux Tsiganes, aux Slaves et aux Noirs. Les Juifs étaient perçus comment des ennemis de par leur “race” ; et furent soumis à des arrestations et des internements arbitraires. A partir de 1941, ils furent systématiquement assassinés. Les Tsiganes furent également visés par les persécutions pour des motifs raciaux. Les Polonais et les autres Slaves étaient considérés comme relevant d'une race inférieure et étaient destinés à l'oppression, au travail forcé, et parfois à la mort. Les traitements les plus brutaux dans les camps de concentration nazis étaient réservés aux Juifs.

A partir de 1938, les Juifs des camps étaient identifiés par une étoile cousue sur leurs uniformes de prisonniers, étoile qui était un détournement du symbole juif de l'étoile de David. Après 1939, et avec quelques variantes d'un camp à l'autre, les catégories de prisonniers furent identifiées par un système de marquage combinant un triangle inversé coloré et des lettres, cousus sur leurs uniformes rayés. Les badges permettaient aux gardes SS de connaître le motif de l'incarcération.

Les criminels étaient distingués par un triangle inversé vert ; les prisonniers politiques portaient un triangle rouge ; les asociaux (dont les Tsiganes, les non-conformistes, les vagabonds) portaient un triangle noir ou — pour les Tsiganes dans certains camps, un triangle marron. Les homosexuels étaient identifiés par un triangle rose et les Témoins de Jéhovah par un triangle violet. Les prisonniers non allemands étaient identifiés par la première lettre du nom allemand de leur pays qui était cousue sur leur badge. Les deux triangles qui formaient le badge en forme d'étoile juive étaient jaunes, à moins que le prisonnier juif en question ne fît également partie d'une autre catégorie de prisonniers. Un prisonnier politique juif, par exemple, était identifié par un triangle jaune sous un triangle rouge.

Les Nazis imposèrent l'étoile jaune de David à tous les Juifs d'Europe non seulement dans les camps mais dans la majeure partie de l'Europe occupée.

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.