Oskar Schindler (version abrégée)

Oskar Schindler (1908-1974) naquit à Svitavy (Zwittau) en Moravie qui était alors une province de la monarchie austro-hongroise. Allemand et catholique, Oskar Schindler sauva, pendant la seconde guerre mondiale, près de 1200 Juifs de la déportation vers Auschwitz. En 1936, Oskar Schindler commença à travailler avec le service du renseignement militaire allemand. Il adhéra au parti nazi en février 1939. Homme d’affaires opportuniste, bon vivant, Oskar Schindler n'avait pas le profil le plus évident pour devenir un sauveteur en période de guerre.

À la suite de l’invasion de la Pologne par l'Allemagne, Oskar Schindler s’installa à Cracovie. En novembre 1939, profitant du programme allemand d'« aryanisation » des entreprises en Pologne occupée, il acheta une entreprise d’ustensiles en émail appartenant à des Juifs et créa une usine qu'il appela Emalia. Oskar Schindler gérait deux autres usines mais il n'employa des travailleurs forcés juifs, du tout proche ghetto de Cracovie, qu'à Emalia. Pendant la liquidation du ghetto en mars 1943, Oskar Schindler permit à ses travailleurs juifs d'être en relative sécurité en les autorisant à passer la nuit à l'usine. À son apogée en 1944, Emalia employait 1 700 travailleurs dont au moins 1 000 travailleurs forcés juifs. Ces derniers finirent par être transférés au camp de concentration de Plaszow.

Bien que les prisonniers envoyés à Emalia étaient toujours soumis aux conditions brutales du camp de Plaszow, Oskar Schindler intervint à plusieurs reprises en leur faveur, utilisant la corruption et usant de son influence. Pour démontrer que ses travailleurs étaient essentiels à l’effort de guerre allemand, il ajouta à Emalia une division de fabrication d’armes. En plus du millier de Juifs soumis au travail forcé qui étaient enregistrés comme ses ouvriers, Oskar Schindler permit à 450 Juifs, qui travaillaient dans des usines proches, de vivre à Emalia. En raison de la protection offerte par Oskar Schindler à ces travailleurs et de certains de ses accords commerciaux, les autorités allemandes le suspectèrent de corruption et de fournir une assistance illicite aux Juifs. Des SS et des officiers de police l’arrêtèrent à trois reprises, mais ne furent pas en mesure de le poursuivre.

En octobre 1944, Oskar Schindler obtint l’autorisation de délocaliser l’usine à Bruennlitz (Brnenec) en Moravie. Un de ses assistants rédigea plusieurs versions d’une liste comptant jusqu'à 1 200 prisonniers juifs nécessaires au fonctionnement de la nouvelle usine. Ces listes furent connues par la suite sous le nom de « liste de Schindler ». Bien que classifiée comme usine d’armement, l’usine de Bruennlitz ne produisit qu’un wagon de munitions en près de huit mois de fonctionnement. Oskar Schindler justifiait l'existence de l'usine en présentant de faux chiffres de production aux autorités allemandes.

En 1949, Oskar Schindler et sa femme immigrèrent en Argentine. En 1962, le mémorial israélien de l’Holocauste, Yad Vashem, décerna à Oskar Schindler le titre de « Juste parmi les Nations » en reconnaissance de ses efforts de sauvetage en temps de guerre. En octobre 1974, Oskar Schindler mourut en Allemagne, sans argent et presque inconnu. L’histoire d’Oskar Schindler fut révélée par le célèbre film de Steven Spielberg de 1993 La Liste de Schindler. Au total, pendant la Shoah, Oskar Schindler sauva la vie d'environ 800 hommes juifs et de 300 à 400 femmes juives.

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.