Belzec (version abrégée)

En novembre 1941, dans le sud-est de la Pologne occupée, les autorités allemandes commencèrent la construction d'un centre de mise à mort sur le site d’un ancien camp de travail. Belzec, le deuxième centre de mise à mort allemand, fut opérationnel le 17 mars 1942. Entre mars et décembre 1942, les Allemands y déportèrent et y assassinèrent environ 434 500 Juifs ainsi qu'un nombre indéterminé de Polonais chrétiens et de Tsiganes. La plupart des victimes étaient des Juifs provenant des ghettos du sud de la Pologne. Des Juifs allemands, autrichiens et tchèques y furent également déportés par les Allemands.

La direction du centre de mise à mort était constituée d'un petit nombre de responsables SS, de policiers allemands et d'une unité de policiers auxiliaires comprenant d’anciens prisonniers de guerre soviétiques et des civils ukrainiens et polonais. Les deux parties du centre de mise à mort étaient reliées par un chemin étroit et clôturé qui était appelé le « tube ». La partie où se déroulaient les exterminations de masse comprenait des chambres à gaz et des fosses communes. Afin de dissimuler le camp et ses activités, des fils barbelés entrelacés de branchages et des arbres avaient été plantés tout autour.

Les trains, qui arrivaient à la gare de Belzec, se composaient de 40 à 60 wagons de marchandises contenant chacun entre 80 et 100 personnes entassées. Les wagons de marchandises étaient ensuite envoyés, par vingtaine, dans le camp. Les Juifs recevaient alors l'ordre de débarquer. Les SS et les policiers allemands annonçaient aux Juifs déportés qu'ils arrivaient dans un camp de transit et qu'ils devaient remettre tous leurs objets de valeur. Ils étaient forcés de se déshabiller et de courir dans le « tube » qui menait directement à ce qui leur était présenté comme des douches et qui était en fait des chambres à gaz. Lorsque les portes des chambres étaient fermées, du monoxyde de carbone y était diffusé, tuant tous les occupants. Le procédé était ensuite répété avec les hommes, les femmes et les enfants déportés des 20 wagons suivants.

Des équipes de prisonniers, épargnés pour être soumis au travail forcé, retiraient les corps des chambres à gaz et les brûlaient dans des charniers. D’autres prisonniers étaient obligés de trier les biens des victimes et de nettoyer les wagons en vue de la prochaine déportation. Ces travailleurs forcés étaient régulièrement tués par le personnel du camp et remplacés par des prisonniers nouvellement arrivés. En octobre 1942, des policiers et des SS allemands, aidés par des prisonniers juifs, commencèrent à exhumer les charniers et à brûler les corps dans des « fours » à ciel ouvert fabriqués à partir de rails de chemin de fer. Les Allemands utilisèrent également une machine pour réduire en poudre les fragments d’os. À la fin du printemps 1943, le camp fut démantelé. Durant le mois de juin 1943, les prisonniers juifs restants furent soit abattus à Belzec soit déportés au centre de mise à mort de Sobibor pour y être gazés. Après le démantèlement du camp de Belzec, les Allemands retournèrent le terrain. Les forces soviétiques envahirent la région en juillet 1944.

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.