Témoignage video

Barbara Ledermann Rodbell décrit sa réaction devant les écoles juives d'Amsterdam sous contrôle Nazi

En 1933, la famille de Barbara partit s'installer à Amsterdam, aux Pays-Bas. Ils devinrent amis avec Anne Frank et sa famille. Les Allemands envahirent les Pays-Bas en 1940. Le petit ami de Barbara, Manfred, avait des contacts dans la résistance et put lui faire obtenir des faux papiers. Sa mère, sa soeur et son père furent déportés dans le camp de Westerbork puis à Auschwitz. Barbara survécut en utilisant ses faux papiers et travailla pour la résistance. Elle aida les Juifs à se cacher et en cacha certains dans un appartement qu'elle avait loué sous son nom d'emprunt.

Transcription complète

Il y a eu une réunion et on nous a dit que les enfants juifs devaient désormais quitter l'école et fréquenter une école juive, et être séparés des autres. Et je suis allée voir mes parents et j'ai dit, "Je ne veux pas aller dans une école juive. Je n'irai pas dans une école juive. Je n'irai pas dans une école juive." Et je m'imagine mes enfants venir  me dire, "Je n'irai pas dans cette école." Vous savez, je ne peux pas imaginer le choc. J'étais impossible. J'étais vraiment impossible. Je devais être très rebelle en bien des points, mais je n'irais pas à l'école. Ma soeur y est allée. Elle est allée dans une école juive. Et c'était très effrayant parce que les Allemands ont commencé à isoler les Juifs en plusieurs groupes. Je veux dire,  dès le début, mais plus tard, ils allaient chercher les enfants à l'école et faisaient venir leurs parents pour les récupérer et, évidemment, ils gardaient les parents et c'était la fin, vous voyez. Certains étaient renvoyés chez eux si leurs parents avaient les papiers qu'il fallait, une sorte de dérogation. Mais à chaque fois que j'entendais que les Allemands, ou la 'police kaki',ou les collaborateurs hollandais Nazis -- ceux du NSB [membres du mouvement Nazi Hollandais, le Nationaal Socialistische Beweging ; NSB], on les appelait ceux du NSB -- se dirigeaient vers l'école, je me précipitais vers cette école et, finalement, après que Manfred soit devenu mon ami, il m'a dit, "La seule chose à faire quand les Allemands vont quelque part, c'est de ne pas y aller." Vous savez, je  veux dire, j'étais stupide, mais la plupart d'entre nous l'était, parce que nous savions comment nous sauver, et nous devions nous sauver, et qu'il fallait être prudents. Il fallait apprendre à avoir peur.


Mots-clés


  • US Holocaust Memorial Museum Collection
Références

Cette page est également disponible en

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.