Témoignage video

Steven Springfield décrit les conditions de vie dans le camp de concentration de Stutthof

Les Allemands occupèrent Riga en 1941 et rassemblèrent les Juifs dans un ghetto. A la fin de l'année 1941, près de 28.000 Juifs du ghetto furent massacrés dans la forêt de Rumbula, près de Riga. Steven et son frère furent envoyés dans un petit ghetto réservé aux hommes valides. En 1943, Steven fut déporté dans le camp de Kaiserwald et envoyé dans un camp de travail voisin. En 1944, il fut transféré à Stutthof et obligé de travailler pour un chantier naval. En 1945, Steven et son frère survécurent à une marche vers la mort et furent libérés par les forces soviétiques.

Transcription complète

Après que nous soyons arrivés à Dantzig, lorsque nous avons appris que nous allions à Stutthof, nous étions anéantis parce que Stutthof était bien connu pour être l'un des pires camps. Il n'y avait rien à manger. Il y avait beaucoup de violence, de tueries et presque personne ne pouvait  sortir de Stutthof, alors nous trois, mon frère, mon père et moi, sommes partis pour Stutthof et y avons passé plusieurs semaines. La situation à Stutthof était indescriptible. Les gens mouraient de faim de tous les côtés. Les gens se réveillaient le matin, et près de vous, les gens étaient morts, affaiblis. Et la situation se détériorait de jour en jour parce que le vent de la guerre avait tourné et qu'aussi affreux que ça ait été avant, à présent les Allemands exprimaient leur colère sur les quelques Juifs qui restaient parce qu'il leur était évident alors qu'ils allaient perdre la guerre. Quelques semaines après notre arrivée à Stutthof, on nous a tous mis en rang, un jour, et un officier allemand a dit qu'il cherchait des volontaires pour aller travailler sur un chantier naval allemand de Dantzig appelé Schichau-Werft. Mon frère, moi et mon père nous sommes portés volontaires, mais lorsque mon père vint nous rejoindre, l'officier allemand remarqua qu'il était invalide -- il traînait une jambe, séquelle de la scarlatine qu'il avait attrapée dans sa jeunesse. A la minute où il l'a remarqué, il a dit, "Tu ne peux pas venir. Repars." Mon frère et moi les avons suppliés, "C'est notre père. Nous devons rester ensemble."
Et juste pour nous contrarier, il a dit, "Vous partez, il reste." Et peu lui importait que nous l'implorions et peu lui importait que nous le supplions et que nous pleurions, ça n'a rien fait. On nous a donné des coups de pieds et d'autres coups et on nous a forcés à quitter notre père. Nous savions, mon frère et moi, qu'à la minute où mon père serait abandonné à Stutthof, il serait condamné. Et nous avions le coeur brisé de le laisser là, parce que nous savions que ce serait la fin. Mais nous étions obligés de le faire, et c'est comme ça que nous avons quitté Stutthof.


  • US Holocaust Memorial Museum Collection
Références

Cette page est également disponible en

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.