<p><span lang="FR">Des tanks allemands passent un village russe en flamme pendant l'opération Barbarossa, <a href="/narrative/2972/fr">l'invasion de l'Union soviétique</a>, à l'été 1941.</span></p>
<div class="object-media__caption">© IWM (HU 111382)</div>

La Seconde Guerre mondiale

La Shoah prend place dans le contexte plus large de la Seconde Guerre mondiale, le conflit le plus important et le plus destructeur de l'histoire. Adolf Hitler et le régime nazi cherchent à conquérir un nouvel empire, un vaste « espace vital » (Lebensraum) pour les Allemands d'où serait délogée la population. L'objectif nazi de renforcer la « race des seigneurs » allemande donnera lieu à la persécution et l'extermination de Juifs et d'autres groupes.

La Shoah prit place dans le contexte plus large de la Seconde Guerre mondiale. Encore sous le choc de la défaite allemande de la Première Guerre mondiale, le régime hitlérien cherchait à conquérir un nouvel empire, un vaste "espace vital" (Lebensraum) en Europe orientale. Pour les dirigeants nazis, l'hégémonie allemande en Europe ne pouvait être instaurée que par la guerre.

1939

Après s'être assuré de la neutralité de l'Union soviétique (par le pacte de non-agression germano-soviétique d'août 1939), l'Allemagne déclencha la Seconde Guerre mondiale en envahissant la Pologne le 1er septembre 1939. La Grande-Bretagne et la France réagirent en déclarant la guerre à l'Allemagne le 3 septembre. En un mois, la Pologne fut vaincue par une coalition de forces allemandes et soviétiques puis partagée entre l'Allemagne nazie et l'Union soviétique.

1940

Le 9 avril 1940, l'accalmie relative qui faisait suite à la défaite de la Pologne prit fin lorsque l'armée allemande envahit la Norvège et le Danemark. Le 10 mai 1940, l'Allemagne commença son assaut contre l'Europe occidentale en envahissant les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg (des pays neutres) ainsi que la France. Le 22 juin 1940, la France signa avec l'Allemagne un armistice qui instituait l'occupation allemande de la moitié nord du pays et permit la mise en place, au sud, d'un régime collaborationniste, avec Vichy pour capitale. Avec le soutien de l'Allemagne, l'Union soviétique occupa les États baltes en juin 1940 et les annexa officiellement en août de la même année. L'Italie, membre de l'Axe, entra en guerre en juin 1940. Du 10 juillet au 31 octobre 1940, les nazis menèrent, et finalement perdirent, une guerre aérienne contre la Grande-Bretagne, connue sous le nom de Bataille d'Angleterre.

1941

Après s'être assurés du contrôle des Balkans en envahissant la Yougoslavie et la Grèce, le 6 avril 1941, les Allemands et leurs Alliés, en violation flagrante du pacte germano-soviétique, envahirent l'Union soviétique le 22 juin 1941. En juin et en juillet 1941, les Allemands occupèrent également les États baltes. Le dirigeant soviétique Joseph Staline rejoignit alors le camp des Alliés et en devint un dirigeant majeur aux côtés du président américain Franklin D. Roosevelt et du Premier ministre britannique Winston Churchill. Durant l'été et l'automne 1941, les troupes allemandes progressèrent à l'intérieur du territoire soviétique, mais la résistance de l'Armée rouge empêcha les Allemands de prendre Leningrad et Moscou. Le 6 décembre 1941, les troupes soviétiques lancèrent une importante contre-offensive qui repoussa définitivement les forces allemandes hors de la banlieue de Moscou. Le lendemain, le 7 décembre 1941, le Japon (l'une des puissances de l'Axe) bombarda Pearl Harbor à Hawaï. Les États-Unis déclarèrent immédiatement la guerre au Japon. Le 11 décembre, l'Allemagne et l'Italie déclarèrent la guerre aux États-Unis.

1942-43

En mai 1942, mille bombardiers de la Royal Air force britannique effectuèrent un raid sur la ville allemande de Cologne, plaçant ainsi pour la première fois, la guerre sur le territoire allemand. Pendant les trois années suivantes, les forces aériennes alliées bombardèrent systématiquement les villes et les sites industriels du Reich, réduisant une grande partie des villes allemandes à l'état de ruines en 1945. Fin 1942 et début 1943, les forces alliées remportèrent un certain nombre de succès militaires en Afrique du Nord. L'échec des forces armées françaises à empêcher l'occupation alliée du Maroc et de l'Algérie se solda par l'occupation allemande de la France libre (le régime collaborationniste de Vichy), le 11 novembre 1942. Les unités militaires des forces de l'Axe déployées en Afrique, soit environ 150 000 soldats, se rendirent en mai 1943.

Sur le front de l'Est, au cours de l'été 1942, les Allemands et leurs alliés de l'Axe reprirent l'offensive en Union soviétique, cherchant à s'emparer de Stalingrad sur la Volga, de la ville de Bakou et des champs de pétrole du Caucase. A la fin de l'été 1942, l'offensive allemande était bloquée sur les deux fronts. En novembre, les troupes soviétiques lancèrent une contre-offensive à Stalingrad et, le 2 février 1943, la sixième armée allemande se rendit aux Soviétiques. Les Allemands montèrent une dernière opération offensive à Koursk en juillet 1943. Ce fut la plus grande bataille de tanks de l'Histoire. Mais les troupes soviétiques repoussèrent l'attaque et s'assurèrent une prépondérance militaire qu'elles conservèrent pendant le reste de la guerre.

Les Alliés débarquèrent en Sicile en juillet 1943, puis sur le continent italien en septembre de la même année. Après la destitution du premier ministre italien, Benito Mussolini (un allié d'Hitler), par le Grand conseil du parti fascite italien, les militaires italiens prirent le pouvoir et, le 8 septembre, négocièrent leur reddition avec les forces anglo-américaines. Les troupes allemandes stationnées en Italie prirent le contrôle de la moitié nord de la péninsule et continuèrent à résister. Mussolini, qui avait été arrêté par les autorités militaires italiennes, fut sauvé par les commandos SS allemands en septembre et créa (sous supervision allemande) un régime néofasciste fantoche dans le nord de l'Italie. Les troupes allemandes continuèrent de tenir le nord de l'Italie jusqu'à leur reddition le 2 mai 1945.

1944

Le 6 juin 1944 (le D Day ou Jour J), au cours d'une opération militaire massive, plus de 150 000 soldats alliés débarquèrent en France. A la fin août, le pays était libéré. Le 11 septembre 1944, un mois après que les Soviétiques eurent franchi la frontière de l'Est, les premières troupes américaines entraient en Allemagne. A la mi-décembre, les Allemands lancèrent en vain une contre-attaque en Belgique et dans le nord de la France, connue comme la Bataille des Ardennes. Les forces aériennes alliées attaquèrent des sites industriels nazis, comme celui du camp d'Auschwitz (bien que les chambres à gaz ne furent jamais ciblées).

1945

Les Soviétiques lancèrent une offensive le 12 janvier 1945, libérant l'ouest de la Pologne et forçant la Hongrie (un allié de l'Axe) à capituler. A la mi-février 1945, les Alliés bombardèrent la ville allemande de Dresde, tuant environ 35 000 civils. Les troupes américaines traversèrent le Rhin le 7 mars 1945. Le 16 avril 1945, une offensive soviétique finale permit aux forces soviétiques d'encercler Berlin, la capitale allemande. Le 30 avril 1945, Hitler se suicida alors que les troupes soviétiques se dirigeaient vers la chancellerie du Reich. Le 7 mai 1945, l'Allemagne se rendit sans condition aux Alliés occidentaux à Reims et, le 9 mai, aux Soviétiques à Berlin. En août, la guerre dans le Pacifique prit fin après le lancement par les États-Unis de deux bombes atomiques sur les villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki, tuant 120 000 civils. Le Japon capitula le 2 septembre.

La Seconde Guerre mondiale fit environ 55 millions de morts dans le monde. Ce fut le conflit le plus important et le plus destructeur de toute l'Histoire.