Carte animée

Le ghetto de Lodz

À Lodz se trouvait la deuxième plus large population juive de la Pologne d'avant-guerre, après Varsovie. Les troupes allemandes occupèrent la ville en septembre 1939. Début février 1940, ils y établirent un ghetto sur une surface d'à peine quatre kilomètres carrés où durent s'entasser plus de 150000 Juifs. En 1941 et 1942, près de 40000 Juifs d'Europe centrale ainsi que 5000 Tsiganes furent aussi forcés à y vivre. Entre janvier et septembre 1942, plus de 75000 résidents du ghetto furent déportés vers le centre de mise à mort de Chelmno. Au printemps 1944, le ghetto de Lodz était le dernier en Pologne occupée. Au cours de l'été, les Allemands déportèrent les Juifs qui s'y trouvaient encore, la plupart d'entre eux vers Auschwitz.

Transcription complète

La ville industrielle de Lodz était située à 120 kilomètres de Varsovie, en Pologne. Peuplée d'environ 220 000 Juifs, elle constituait la deuxième plus grande communauté, après Varsovie, de la Pologne d'avant-guerre.

Les Allemands envahirent la Pologne le 1er septembre 1939 puis, une semaine plus tard, occupèrent Lodz.

En février 1940, ils établirent un ghetto dans la section nord-est de la ville. Plus de 150 000 Juifs furent contraints de déménager dans la zone désignée, qui fut bouclée en avril 1940.

Mordechai Chaim Rumkowski avait été nommé par les Nazis pour diriger le conseil juif. Chargés d'appliquer les ordres nazis, les responsables de ces conseils se heurtaient à de terribles dilemmes moraux.

Rumkowski organisa la population du ghetto en une main-d'œuvre pour les usines qui s'y trouvaient.

Pour lui, rendre cette main-d'œuvre essentielle à la production allemande serait peut-être le moyen d'empêcher la destruction du ghetto de Lodz.

En 1941 et 1942, près de 40 000 Juifs d'Europe centrale furent déportés vers le ghetto de Lodz, ainsi que 5000 Tsiganes d'Autriche qui furent confinés dans une zone séparée.

La vie quotidienne se caractérisait essentiellement par le travail forcé, le surpeuplement et la famine. Plus de 20 % des décès dans le ghetto étaient une conséquence directe de ces conditions dramatiques.

En janvier 1942, les Allemands commencèrent les déportations massives de Juifs depuis le ghetto de Lodz vers le centre de mise à mort de Chelmno, à environ 70 kilomètres à l'ouest.

Les Juifs étaient concentrés à des points de rassemblement situés dans tout le ghetto puis forcés à monter dans les trains bondés.

À la fin septembre 1942, ce sont plus de 70 000 Juifs et environ 5000 Tsiganes qui avaient été déportés à Chelmno. Presque tous furent tués dans des camions à gaz.

Entre septembre 1942 et mai 1944, aucune déportation majeure n'eut lieu à partir du ghetto de Lodz, qui ressemblait à un immense camp de travail.

Une écrasante majorité des résidents travaillait dans les usines allemandes, ne recevant que de maigres rations alimentaires.

Au printemps 1944, les Allemands décidèrent de détruire le ghetto de Lodz, alors le dernier en Pologne. Les déportations vers Chelmno reprirent en juin et juillet.

Les Allemands achevèrent la destruction du ghetto en août avec la déportation de 75 000 Juifs, dont Rumkowski, vers leur mort à Auschwitz-Birkenau.

Les forces soviétiques libérèrent Lodz en janvier 1945. Plus de 200 000 Juifs avaient été contraints à y vivre depuis sa création.

Moins de 1000 Juifs survécurent à Lodz, qui s'étaient cachés ou travaillaient dans des unités de travail forcé.


Mots-clés


  • US Holocaust Memorial Museum

Share This