<p>Cette carte accompagnait un rapport allemand secret et non daté sur l'extermination massive des Juifs par l'Einsatzgruppen A (unité mobile d'extermination A). Pendant les procès devant le Tribunal militaire international, la carte fut produite comme preuve par les procureurs américains et britanniques. Le document, intitulé « Exécutions juives réalisées par l'Einsatzgruppen A » et estampillé « Affaire secrète du Reich », montre le nombre de Juifs exécutés (symbolisés par des cercueils) dans les États baltes et en Biélorussie, fin 1941. La légende, en bas, indique que « le nombre estimé de Juifs restants [était] de 128 000 ».</p>

Les Einsatzgruppen : introduction

Les Einsatzgruppen (détachements, groupes d'intervention) sont des unités spéciales de la Police de sécurité et de la SD (services SS de renseignement) positionnées derrière l'armée allemande au fur et à mesure que celle-ci envahit l'Europe. Souvent qualifiées d'« escadrons mobiles d'exécution », on les connaît surtout pour leur rôle dans la « Shoah par balles », le meurtre systématique de Juifs lors d'opérations d'exécutions de masse sur le territoire soviétique.

Points de repère

  • 1

    Les Einsatzgruppen sont des unités spéciales de la Police de sécurité et du SD chargées d'appliquer les mesures de sécurité juste derrière les lignes allemandes.

  • 2

    Avec l'assistance de la Waffen SS, d'unités de police, de l'armée, des forces alliées roumaines et de collaborateurs locaux, les Einsatzgruppen mènent des opérations d'exécutions de masse en Union soviétique. Celles-ci visent les Juifs, les Tsiganes, les communistes et les civils soviétiques.

  • 3

    Les Einsatzgruppen sont les auteurs principaux de ce que les chercheurs appellent « la Shoah par balles ». Plus d'un tiers des victimes juives périssent lors de ces exécutions de masse.

Des mesures de sécurité au meurtre de masse

À chaque arrivée des forces militaires nazies dans un pays, les Einsatzgruppen de la Police de sécurité et du SD (Sicherheistsdienst, services SS de renseignement) se trouvaient derrière elles pour contrôler le territoire conquis. Ils avaient notamment pour mission d'identifier et neutraliser l'ennemi potentiel, de s'emparer de tout site important, d'empêcher tout sabotage, de recruter des collaborateurs et de mettre en place des réseaux de renseignement. Quand l'Allemagne attaqua la Pologne en septembre 1939, les Einsatzgruppen tuèrent aussi des civils perçus comme ennemis. Avec l'aide de la Waffen SS, la Police de l'ordre, et des collaborateurs locaux, ils exécutèrent des milliers de Juifs et des dizaines de milliers de membres de l'élite polonaise.

Une fois la « guerre d'annihilation » déclenchée contre l'Union soviétique en juin 1941, les opérations de meurtre de masse augmentèrent drastiquement, avec pour cibles principales le Parti communiste et les fonctionnaires soviétiques, les Tsiganes, et, surtout, les Juifs, sans distinction d'âge ou de sexe. Au nom de la guerre et d'impératifs militaires, les Einsatzgruppen s'engagèrent dans le massacre de plus d'un demi-million de personnes, juives pour la plupart, dans les neuf premiers mois du conflit.

Les quatre Einsatzgruppen, soit 3000 personnes, n'agissaient pas seuls. Des unités de la Waffen SS, la Police de l'ordre, la Wehrmacht, les forces alliées roumaines, et des collaborateurs locaux participèrent également, ces derniers aidant à l'identification des victimes tout autant qu'à leur élimination. Il n'était d'ailleurs pas rare que les bourreaux connaissent leurs victimes, anciens voisins ou collègues. Par exemple, pendant deux jours de septembre 1941, un petit détachement de l'Einsatzgruppe C, accompagné de plus grosses unités de la Waffen SS, la Police de l'ordre et des auxiliaires ukrainiens, fusillèrent 33 771 Juifs à Babi Yar, un ravin en dehors de Kiev. Quand les autorités civiles prirent le contrôle des territoires occupés, la SS et la police postés là remplacèrent les Einsatzgruppen et poursuivirent les exécutions de masse.

Souvent appelé Aktion, un massacre commençait en général par une rafle de Juifs ou d'un autre groupe, ou bien par l'ordre de se présenter à un endroit donné. Les victimes étaient ensuite emmenées vers un site d'exécution, à pied ou par convoi. Si un charnier n'avait pas déjà été creusé, elles devaient le faire elles-mêmes. On leur enlevait leurs vêtements, les objets de valeur étaient confisqués, puis elles étaient conduites en groupe vers la fosse. Les Einsatzgruppen et leurs assistants fusillaient alors les victimes de sorte qu'ils s'y écroulent, ou bien les forçaient à y descendre avant de tirer. Souvent, amis et parents devaient assister au massacre.

Une nouvelle méthode de meurtre de masse

Les exécutions de masses coûtaient cher en ressources, exigeaient un grand nombre de tireurs et de gardes, d'armes et de munitions, et de moyens de transport. L'inefficacité des fusillades et leur impact psychologique sur les tireurs suscitèrent des inquiétudes et menèrent à l'utilisation de camions spécialement équipés de moteurs qui redirigeaient le monoxyde de carbone dans un compartiment à passager hermétiquement fermé. Des Juifs y étaient entassés puis conduits jusqu'à la fosse commune. Ils étaient asphyxiés pendant le trajet.

Cependant, avec les camions à gaz, tuer de larges groupes de victimes prenait beaucoup plus de temps. Les Einsatzgruppen devaient retirer les corps et nettoyer les véhicules. Tout au long de l'occupation allemande des territoires soviétiques, les exécutions de masse demeurèrent la méthode de prédilection pour éliminer la population juive. Au moins 1,5 million, peut-être plus de deux millions de victimes moururent lors de ses massacres et dans les camions.

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.