A section of the Dachau concentration camp.

Dachau

En mars 1933, le gouvernement national-socialiste (nazi) créa son premier camp de concentration à Dachau. Heinrich Himmler, alors président de la police de Munich, qualifia officiellement Dachau de "premier camp de concentration pour prisonniers politiques". Il fut installé dans les bâtiments d'une usine de munitions à l'abandon, dans la partie nord-est de la ville de Dachau, à environ 15 km au nord-ouest de Munich, en Bavière (dans le sud de l'Allemagne).

La première année, le camp comptait environ 4 800 prisonniers. A l'origine, les prisonniers étaient principalement des opposants politiques au régime nazi, parmi eux des communistes, des sociaux-démocrates et des syndicalistes. D'autres groupes de prisonniers furent ensuite également internés à Dachau, comme des Témoins de Jéhovah, des Tsiganes, des homosexuels, ainsi que des "asociaux" et des criminels récidivistes. Peu de Juifs furent internés à Dachau pendant les premières années de fonctionnement du camp, et ceux qui le furent relevaient généralement de l'un des groupes susmentionnés ou purgeaient une peine de prison après avoir été condamnés pour violation des lois de Nuremberg de 1935.

Au début de l'année 1937, les SS lancèrent la construction d'un grand complexe de bâtiments sur le site du camp d'origine. Les prisonniers furent obligés de réaliser ce travail dans des conditions épouvantables en commençant le chantier par la destruction de l'ancienne usine de munitions. La construction fut officiellement terminée à la mi-août 1938 et l'architecture du camp resta pour l'essentiel inchangée jusqu'en 1945. Le camp de Dachau fonctionna pendant toute la période du Troisième Reich.

Le nombre de prisonniers juifs à Dachau s'accrut en même temps qu'augmentèrent les persécutions des Juifs. Les 10 et 11 novembre 1938, au lendemain de la Nuit de cristal, plus de 10 000 hommes juifs y furent internés. La plupart furent relâchés dans les quelques semaines ou mois qui suivirent, beaucoup après avoir prouvé qu'ils avaient pris des dispositions pour émigrer d'Allemagne.

Le camp de Dachau était également conçu comme un centre d'entraînement pour les gardes SS des autres camps et son organisation servit de modèle à tous les camps de concentration nazis. Le camp était divisé en deux sections : la zone du camp et la zone du four crématoire. La zone du camp comprenait 32 baraques dont une réservée aux membres du clergé emprisonnés en raison de leur opposition au régime nazi et une autre réservée aux expériences médicales. L'administration du camp était située dans un corps de garde à côté de l'entrée principale. La zone du camp comportait aussi des bâtiments de soutien logistique avec la cuisine, la buanderie, les douches et les ateliers ainsi qu'une prison (Bunker). La cour située entre la prison et la cuisine centrale était utilisée pour les exécutions sommaires de prisonniers. Une clôture électrifiée en fil de fer barbelés, un fossé et sept tours de guet entouraient le camp.

Une zone de fours crématoires fut construite en 1942 près du camp principal. Elle comprenait l'ancien four crématoire et le nouveau (Baraquement X) auquel était adjoint une chambre à gaz. Il n'existe aucune preuve formelle que la chambre à gaz du Baraquement X ait été utilisée pour tuer des prisonnies. A la place, ces derniers étaient "sélectionnés" : ceux qui étaient jugés trop malades ou trop faibles pour continuer à travailler étaient envoyés au centre "d'euthanasie" de Hartheim, près de Linz, en Autriche. Plusieurs milliers y furent assassinés. Par ailleurs, les SS utilisèrent le champ de tir et la potence situés dans la zone des fours crématoires pour exterminer les prisonniers.

A Dachau, comme dans les autres camps nazis, des médecins allemands se livrèrent à des expériences médicales sur les prisonniers, dont des expériences de haute altitude dans une chambre de décompression, des expériences sur la malaria et la tuberculose, des expériences d'hypothermie, et des tests expérimentaux pour de nouveaux médicaments. Les prisonniers étaient également contraints de tester des méthodes pour rendre l'eau de mer potable ou pour arrêter des hémorragies trop importantes. Des centaines de prisonniers moururent ou restèrent handicapés à vie suite à ces expériences.

Les prisonniers de Dachau furent soumis au travail forcé. Ils faisaient fonctionner le camp, travaillaient dans divers projets de construction ainsi que dans de petites industries artisanales installées sur le site même. Ils construisaient notamment des routes, travaillaient dans des carrières de pierre et drainaient des marécages. Pendant la guerre, le travail forcé utilisant les prisonniers des camps de concentration prit de plus en plus d'importance pour la production allemande d'armement.

LES SOUS-CAMPS DE DACHAU

Pendant l'été et l'automne 1944, afin d'augmenter la production de guerre, des camps satellites administrés par Dachau furent créés près des usines d'armement dans tout le sud de l'Allemagne. Dachau comptait ainsi plus de 30 grands sous-camps qui exploitaient 30 000 prisonniers, presque exclusivement pour l'armement. Des milliers de prisonniers moururent d'épuisement au travail.

LA LIBERATION DE DACHAU

A l'approche des forces alliées, les Allemands déplacèrent les prisonniers des camps de concentration proches du front pour empêcher la libération d'un grand nombre d'entre eux. Des convois provenant de camps évacués arrivèrent en continu à Dachau, ce qui entraîna une déterioration dramatique des conditions de vie. Après plusieurs jours de voyage, sans ou avec peu d'eau et de nourriture, les prisonniers arrivaient extrêmement affaiblis. En raison du surpeuplement, des mauvaises conditions sanitaires, de l'insuffisance de nourriture et de l'état de faiblesse des prisonniers, le typhus frappa durement.

Le 26 avril 1945, à l'approche des troupes américaines, 67 665 prisonniers étaient incarcérés à Dachau et dans ses sous-camps. Plus de la moitié des prisonniers étaient détenus au camp principal. 43 350 étaient enregistrés comme prisonniers politiques, 22 100 étaient juifs et les autres relevaient de diverses autres catégories. A partir du 26 avril 1945, les Allemands forcèrent plus de 7 000 prisonniers, principalement des Juifs, à quitter Dachau pour se rendre à pied à Tegernsee, au sud. Pendant cette marche de la mort, les Allemands abattirent tous les prisonniers qui n'étaient plus en mesure de continuer, et beaucoup périrent également de faim, de froid ou d'épuisement. Le 29 avril 1945, les forces américaines libérèrent le camp. Aux abords de Dachau, les Américains trouvèrent plus de 30 wagons qui avaient été envoyés à Dachau, remplis de cadavres dans un état de décomposition avancée. Les prisonniers qui avaient été envoyés dans des marches de la mort furent libérés par les forces américaines début mai 1945.

Au moins 188 000 prisonniers furent incarcérés à Dachau entre 1933 et 1945. Au moins 28 000 prisonniers moururent dans le camp et dans les sous-camps entre juin 1940 et mai 1945, nombre auquel doit s'ajouter celui des prisonniers morts entre 1933 et la fin de l'année 1939. Il est probable que l'on ne connaîtra jamais exactement le nombre total des victimes de Dachau.