Témoignage video

Benjamin (Beryl) Ferencz décrit la collecte de preuves contre les criminels de guerre présumés

Ben naquit dans un petit village des Carpates de Transylvanie, en Roumanie. Sa famille déménagea aux États-Unis alors qu’il n’était qu’un très jeune enfant. Plus tard, il entra à Harvard, où il étudia le droit criminel, et obtint son diplôme auprès de la faculté de droit en 1943. Il rejoignit le régiment américain d’artillerie antiaérienne qui s’entraînait en prévision d’une invasion des Alliés en Europe de l’Ouest. À la fin de la Deuxième Guerre mondiale en Europe, il fut transféré au Bureau d’investigation des crimes de guerre de l’armée américaine. Son travail consistait à rassembler des preuves contre les nazis soupçonnés de crimes de guerre, puis à les appréhender. Il devint finalement procureur en chef américain dans l’affaire des Einsatzgruppen, jugée dans le cadre des poursuites consécutives au procès de Nuremberg.

Transcription complète

Le bureau était la Troisième armée, le quartier général du juge-avocat, qui se déplaçait à mesure que le front avançait. Il se trouvait soit à Erlangen soit à Munich ou ailleurs encore, et, vous savez, en général nous prenions possession d'une Kaserne (baraquements) allemande et nous avions une salle, un bureau et une machine à écrire. Je revenais donc là-bas avec les notes que j'avais prises, les documents que j'avais en ma possession, et je rédigeais mon rapport. Ça disait par exemple : « À telle date, les troupes de l'armée américaine sont entrées dans les camps de X », prenons Mauthausen, par exemple, « Là, elles ont été témoins de la scène suivante : sur 50 000 prisonniers, 12 000 étaient toujours en vie et 10 000 avaient été évacués la veille. Les officiers du camp étaient untel et untel. Le four crématoire fonctionnait encore, des montagnes de corps étaient empilées devant. J'ai noté les déclarations de 10 témoins, elles sont jointes en annexes 1 à 10. Les personnes soupçonnées d'être responsables de ces crimes sont untel et untel. Donner l'ordre immédiat de les placer sur la liste de l'organisation CROWCASS (le Registre central des criminels de guerre et des suspects pour la sécurité). Que les noms soient relayés à tous les membres de l'armée américaine, là où il y a des prisonniers de guerre, comparer les noms à ceux de la liste et procéder aux arrestations. Présenter un nouveau rapport au quartier général. » Par conséquent, l'objectif de mon enquête consistait à décrire ce qu'il s'était passé, à collecter des preuves crédibles et admissibles devant les tribunaux, qui pourraient être utilisées pour condamner les personnes responsables d'un crime relevant du droit international. C'était l'objectif et c'est ce que nous avons fait.


Mots-clés


  • US Holocaust Memorial Museum Collection
Références

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.