Témoignage video

Chaim Engel décrit son rôle dans l'insurrection de Sobibor

En 1939, alors que le service de Chaim au sein de l'armée polonaise touchait à sa fin, l'Allemagne envahit la Pologne. Les Allemands le capturèrent et l'envoyèrent au Service du Travail Obligatoire, en Allemagne. Comme il était prisonnier de guerre juif, on le ramena en Pologne. Enfin, il fut déporté dans le camp de Sobibor où le reste de sa famille mourut. Lors de l'insurrection de Sobibor, en 1943, Chaim tua un garde. Il s'enfuit avec sa petite amie, Selma, qu'il épousa par la suite. Un fermier les cacha jusqu'à leur libération par les forces soviétiques en juin 1944.

Transcription complète

Deux personnes avaient été désignées pour aller tuer quelqu'un dans le bureau, un Allemand dans le bureau. Et, à la dernière minute, l'une d'entre elles a pris peur et ne voulait plus y aller. J'étais là et j'ai entendu toute l'histoire, et je savais déjà que dix à douze Allemands avaient déjà été tués. Alors, je connaissais déjà la punition.  Si nous ne sortions pas, nous étions morts. Alors Selma m'a apporté un couteau pointu, un couteau. J'ai dit que je voulais y aller. Vous voyez, avec tout ce que ces gens, ce que les gens avaient emmené avec eux dans le convoi... des ustensiles et d'autres choses... il y avait un entrepôt pour les stocker, et nous n'étions pas loin de cet entrepôt, alors elle y est allée et elle a pris un couteau, un couteau pointu. Elle m'a donné un couteau, et je suis parti avec l'autre gars. Je ne pense pas que je me sois pris pour un héros ni que j'ai été très courageux, mais je me disais que c'était de l'auto-défense et une question de survie. Si je ne m'étais pas dit ça, j'aurais évité tout ça. Alors, je l'ai fait instinctivement... on ne prend pas la décision. Ce n'est pas une décision. On réagit simplement, on réagit instinctivement face à ça, et je me suis dit, "Allons-y, faisons-le." Et je suis parti. Je suis parti avec l'homme dans le bureau, et nous avons tué cet Allemand. A chaque coup porté, je disais, "Pour mon père, pour ma mère, pour tous ces gens, tous les Juifs que vous avez tués." Et mon couteau m'a échappé des mains et je me suis coupé.


Mots-clés


  • US Holocaust Memorial Museum Collection
Références

Share This