Le tribunal militaire international de Nuremberg (version abrégée)

Le procès des principaux responsables allemands devant le Tribunal militaire international (TMI) s’ouvrit à Nuremberg en Allemagne, le 20 novembre 1945, seulement six mois et demi après la capitulation de l’Allemagne. Chacune des quatre nations alliées (les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Union soviétique et la France) fournit un juge et des procureurs. Les règles des procès furent le résultat de compromis délicats entre les systèmes judiciaires continental et anglo-américain. Les interprètes traduisirent simultanément tous les procès en anglais, en français, en allemand et en russe.

Après de nombreux débats, 24 accusés (seuls 21 comparaîtront) représentatifs du pouvoir nazi dans les domaines diplomatique, économique, politique et militaire, furent sélectionnés. S'étant suicidés avant la fin de la guerre, Adolf Hitler, Heinrich Himmler et Joseph Goebbels ne furent jamais jugés. Le TMI inculpa les accusés pour crimes contre la paix, crimes de guerre et crimes contre l’Humanité. Le TMI définit les crimes contre l’Humanité comme l'« assassinat, l'extermination, la réduction en esclavage, la déportation... ou les persécutions pour des raisons politiques, raciales ou religieuses ». Un quatrième chef d'inculpation pour complot fut ajouté, afin de couvrir les crimes commis sous les lois nazies avant le début de la Seconde Guerre mondiale. Les accusés eurent droit à un avocat de leur choix. Chaque jour, plus de 400 visiteurs ainsi que que 325 correspondants, représentants 23 pays, assistèrent au procès.

Le Procureur général américain Robert Jackson décida de plaider principalement sur la base des documents rédigés par les nazis plutôt que sur des témoignages. Les témoignages présentés à Nuremberg révélèrent beaucoup de ce que nous savons sur la Shoah, y compris des détails sur la machine de mort d’Auschwitz, sur la destruction du ghetto de Varsovie et sur l’estimation de six millions de victimes juives.

Les juges rendirent leur verdict le 1er octobre 1946. L'accord de trois juges sur quatre était nécessaire pour obtenir une condamnation. Douze accusés furent condamnés à mort. Hermann Goering échappa à la pendaison en se suicidant. Le TMI condamna trois accusés à la prison à vie et quatre à un emprisonnement de 10 à 20 ans. Trois accusés furent acquittés.