Les centres de mise à mort (version abrégée)

Les centres de mise à mort furent créés par les nazis pour faciliter l'extermination massive. Contrairement aux camps de concentration qui servaient essentiellement de centres de détention et de travail, les centres de mise à mort (également appelés "camps d'extermination", "camps de mise à mort" et "camps de la mort") furent presque exclusivement des "usines à tuer." Les SS et la police allemande tuèrent presque 2 700 000 Juifs dans les centres de mise à mort par gazage ou par balle. Le premier centre de mise à mort fut celui de Chelmno qui ouvrit, en décembre 1941, dans une région de la Pologne annexée par l'Allemagne. Des Juifs principalement, mais aussi des Tsiganes y furent gazés dans des camions à gaz mobiles. En 1942, les nazis ouvrirent les centres de mise à mort de Belzec, de Sobibor et de Treblinka (dans le cadre de l'Opération Reinhard) afin d'assassiner de façon systématique les Juifs de Pologne. Dans les centres de mise à mort de l'Opération Reinhard, les SS et leurs auxiliaires tuèrent environ 1 526 500 Juifs entre mars 1942 et novembre 1943.

Presque tous les déportés qui arrivaient dans les camps d'extermination étaient immédiatement envoyés dans les chambres à gaz. Le plus grand centre de mise à mort fut celui d'Auschwitz-Birkenau en Pologne qui, au printemps 1943, comptait quatre chambres à gaz (fonctionnant au Zyklon B, un gaz toxique). A l'apogée des déportations, jusqu'à 6000 Juifs y furent gazés. Plus d'un million de Juifs, des dizaines de milliers de Tsiganes, de Polonais et de prisonniers de guerre soviétiques y furent gazés avant novembre 1944. L'existence des centres de mise à mort était un secret d'Etat. Afin d'effacer toute trace des opérations de gazage, des unités spéciales de prisonniers étaient obligées d'enlever les corps des chambres à gaz et de les incinérer. Les terrains de certains centres de mise à mort furent réaménagés ou camouflés afin de dissimuler le massacre de millions de personnes.

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.