Témoignage video

Charlene Schiff décrit une école clandestine établie pour les enfants du ghetto de Horochow

Les deux parents de Charlene étaient des responsables communistes juifs locaux et la famille prenait une part active dans la vie de la communauté. Le père de Charlene était professeur de philosophie à l'Université d'Etat de Lvov. La Seconde Guerre Mondiale commença par l'invasion allemande de la Pologne le 1er septembre 1939. La ville de Charlene se trouvait dans la partie Est de la Pologne occupée par l'Union Soviétique dans le cadre du Pacte Germano-Soviétique d'août 1939. Sous l'occupation soviétique, la famille resta chez elle et le père de Charlene continua à enseigner. Les Allemands envahirent l'Union Soviétique en juin 1941 et arrêtèrent le père de Charlene après la prise de la ville. Elle ne le revit plus jamais. Charlene, sa mère et sa soeur, furent placées dans le ghetto que les Allemands avaient établi à Horochow. En 1942, Charlene et sa mère s'évadèrent du ghetto après avoir entendu dire que les Allemands allaient le détruire. Sa soeur tenta de fuir de son côté mais on n'eut plus jamais de ses nouvelles. Charlene et sa mère se cachèrent dans les broussailles qui longeaient la rivière et réussirent à rester camouflées en s'immergeant dans l'eau par moment. Elles se cachèrent pendant plusieurs jours. Un jour, Charlene se réveilla pour s'apercevoir que sa mère avait disparu. Charlene survécut seule dans les forêts près de Horochow, et fut libérée par les troupes soviétiques. Elle émigra ensuite aux Etats-Unis.

Transcription complète

Au tout début, ma mère et plusieurs autres femmes organisèrent une école clandestine pour les enfants qui n'avaient pas l'âge de travailler, et c'était quelque chose de merveilleux car nous avions au moins un plaisir. L'école nous faisait oublier la faim et, surtout, les inconvénients de cette vie tellement primitive. Elle dura plusieurs mois. Des femmes, dont ma mère, sortaient faire des échanges à l'extérieur et revenaient avec des crayons, du papier, des livres. Elles racontaient des histoires, nous chantions et nous colorions, et nous avions tellement hâte de nous y rendre. C'était vraiment ... si seulement ça avait pu durer. Mais non. Elle n'a duré que quelques mois. Et bientôt, il n'y eut plus de bijoux ni d'argent à échanger. Il n'y eut plus de fournitures scolaires, et le moral s'effondra dans le ghetto. Et les femmes rentraient chez elles, et elles étaient si fatiguées, et elles avaient si faim, et on les avaient tellement battues qu'elles n'étaient même plus capable de mettre un sourire sur leurs visages pour nous, les enfants. Alors tout tomba dans le néant.


Mots-clés


  • US Holocaust Memorial Museum Collection
Références

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.