Témoignage video

Gerda Blachmann Wilchfort décrit l'état d'esprit des passagers du Saint Louis quand l'entrée à Cuba leur a été refusée

Gerda et ses parents obtinrent des visas pour partir à Cuba sur le "Sr. Louis" en mai 1939. Lorsque le navire arriva au port de La Havane, la plupart des réfugiés se virent refuser l'entrée et le navire repartit pour l'Europe. Gerda et ses parents débarquèrent en Belgique. En mai 1940, l'Allemagne attaqua la Belgique. Gerda et sa mère s'enfuirent en Suisse. Après la guerre, on leur dit que le père de Gerda était mort en déportation.

Transcription complète

Vous pouvez vous imaginer l'ambiance qui régnait. Tout le monde était très déprimé. Quelques-uns ont tenté de se suicider, je pense à un homme... il, je crois qu'il s'est ouvert les poignets et il fut le seul à avoir débarqué parce qu'ils devaient l'emmener à l'hôpital pour le soigner. Je ne sais pas s'il y est resté Je pense que oui. Il doit être le seul à y être resté. Mais, vous savez, les humains sont toujours pleins d'espoir. Vous savez, nous nous accrochons toujours à l'espoir que quelque chose va se produire. Ils n'allaient pas nous laisser pourrir sur l'océan. Je veux dire, quelque chose devait nous arriver. Bien sûr, nous avions peur de retourner en Allemagne. C'était là le gros problème, vous savez. La nourriture empirait de jour en jour et l'eau c'était... l'eau courante, je veux dire, il y avait de l'eau mais nous devions être prudents, et, bien sûr, finies les fêtes. Plus de fêtes, plus de joie.
Nous restions assis à attendre que quelque chose arrive, vous voyez, et le comité a tout essayé et a envoyé des télégrammes dans le monde entier pour qu'on nous laisse entrer mais ce fut... Tous les jours, il y avait des genres de journaux imprimés qui étaient affichés pour nous dire ce qui se passait et tous les jours, nous devions aller dans un autre
pays mais rien n'a jamais abouti jusqu'à ce qu'enfin, nous sommes arrivés  sur la côte de Miami et nous avons pensé que nous pouvions accoster. J'ai entendu plus tard que le capitaine avait accepté de faire une sorte d'accostage forcé mais nous ne savions pas de quoi il s'agissait. Nous n'avons vu que les bateaux des gardes-côtes nous encercler près de Miami pour s'assurer que nous ne nous approcherions pas plus près de la frontière, de la berge, et ce fut tout. Alors nous avons vu les lumières de Miami. Nous avons vu les lumières
de l'Amérique. Et ce fut tout. Nous repartîmes lentement vers l'Europe. Et, bien sûr, les négociations allaient bon train avec le, l'Appel Juif Uni et il y avait un Monsieur Tupper à Paris et il a finalement obtenu que nous soyions répartis entre la Belgique et la Hollande, entre la France et l'Angleterre.


  • US Holocaust Memorial Museum Collection
Références

Cette page est également disponible en

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.