<p>Oskar Schindler debout (second à partir de la droite) avec une partie des gens qu’il sauva. Munich, Allemagne, 1946.</p>

Oskar Schindler

Oskar Schindler (1908-1974) naquit le 28 avril 1908 à Svitavy (Zwittau) en Moravie qui était à l'époque une province austro-hongroise. Allemand et catholique, il resta à Svitany entre les deux guerres et pris la citoyenneté tchèque après l'incorporation de la Moravie dans la nouvelle République tchécoslovaque en 1918.

Après avoir fréquenté différentes écoles de commerce à Brno et épousé Emilie Pelel en 1928, Schindler occupa divers emplois : il travailla notamment dans l'usine de machines agricoles de son père, ouvrit une auto-école à Sumperk et vendit des biens d'Etat à Brno (Brünn). Il servit également dans l'armée tchécoslovaque et obtient en 1938 le grade de caporal suppléant de réserve. En 1936, Schindler commença à travailler avec le Amt Auslands/Abwehr (le bureau du renseignement militaire à l'étranger) des forces armées allemandes. En février 1939, cinq mois après l'annexion allemande des Sudètes, il rejoignit le parti nazi. Homme d'affaires opportuniste et hédoniste, il ne semblait pas avoir le profil idéal pour devenir un sauveteur en temps de guerre. Pourtant, Schindler sauva plus de 1 000 Juifs de la déportation vers Auschwitz, le plus grand centre de mise à mort d'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

En octobre 1939 après l'invasion allemande et l'occupation de la Pologne, Schindler quitta Svitavy pour Cracovie. Profitant du programme allemand "d'aryanisation" et de "germanisation" des entreprises juives ou polonaises du Gouvernement général, il acheta Rekord Ltd, une fabrique d'outils en émail appartenant à des Juifs. Il la transforma et créa, en novembre 1939, la Deutsche Emalwarenfabrik Oskar Schindler également connue sous le nom d'Emalia. Schindler possédait deux autres usines à Cracovie, mais c'est uniquement à Emalia qu'il employa des travailleurs juifs du tout proche ghetto de Cracovie. A son apogée en 1944, l'usine employait 1700 travailleurs dont au moins 1 000 travailleurs forcés juifs qui avaient été transférés du ghetto de Varsovie, après sa liquidation en mars 1943, au camp de travail forcé de Plaszow.

Les prisonniers déployés à Emalia étaient encore soumis aux conditions brutales du camp de concentration de Plaszow et Schindler intervint à plusieurs reprises en leur faveur, usant de son influence et utilisant la corruption, pour leur bien-être et pour s'assurer jusqu'à fin 1944 qu'ils ne seraient pas déportés. Pour démontrer que les Juifs étaient indispensables à l'effort de guerre, il ajouta à Emalia une division de fabrication d'armes. Au cours de la liquidation du ghetto de Cracovie en mars 1943, Schindler permit à ses ouvriers de rester la nuit à l'usine.

Schindler persuada les nazis de transformer Emalia en sous-camp de Plaszow lorsque ce dernier fut, en août 1943, transformé en camp de concentration. En plus du millier de travailleurs forcés juifs qui étaient enregistrés comme ses ouvriers, Schindler permit à 450 Juifs, qui travaillaient dans des usines proches, de vivre à Emalia, les sauvant ainsi de la brutalité systématique et des assassinats arbitraires qui faisaient partie du quotidien de Plaszow. Schindler n'agit pas sans risque, la protection de ses ouvriers juifs ainsi que certaines de ses transactions commerciales conduisirent les autorités SS et de police à le soupçonner de corruption et de fournir une assistance illicite aux Juifs. La SS et la police l'arrêtèrent 3 fois, lorsqu'il était à la tête d'Emalia, mais ne purent l'inculper.

En octobre 1944 après le transfert des Juifs d'Emalia à Plaznow, Schindler obtint l'autorisation de relocaliser son usine à Brnenec (Brünnlitz) en Moravie, et de la rouvrir en usine d'armement. Un de ses assistants rédigea plusieurs versions d'une liste comptant jusqu'à 1200 prisonniers juifs nécessaires au fonctionnement de la nouvelle usine. Ces listes furent connues par la suite sous le nom de "liste de Schindler".

Schindler réunit les spécifications requises par les SS pour faire classer Brünnlitz comme sous-camp du camp de concentration de Gross-Rosen. Il facilita ainsi la survie d'environ 800 hommes juifs déportés de Plaszow via Gross-Rosen et de 300 à 400 femmes juives déportées de Plaszow via Auschwitz.

Bien que classée comme usine d'armement, l'usine de Brünnlitz ne produisit qu'un seul wagon de munitions réelles en 8 mois de fonctionnement. En présentant des chiffres de production falsifiés, Schindler justifia l'existence de l'usine et facilita donc la survie de plus de 1000 Juifs, en leur épargnant les horreurs et la brutalité du camp conventionnel. Schindler quitta Brnenec (Brünnlitz) le 9 mai 1945, le jour de la libération du camp par les troupes soviétiques.

Après la guerre, Schindler et son épouse Emilie s'installèrent à Ratisbonne en Allemagne. En 1949, ils émigrèrent en Argentine. En 1957, séparé de façon permanente mais non divorcé d'Emilie, Schindler revint seul en Allemagne. En 1962, Yad Vashem décerna à Schindler le litre de "Juste parmi les Nations" en reconnaissance de ses efforts pour sauver des Juifs pendant la Shoah au prix de grands risques personnels. Emilie fut également honorée en 1993.

Oskar Schindler mourut en Allemagne, en octobre 1974, sans ressource et presque inconnu. Beaucoup de ceux dont il avait facilité la survie, ainsi que leurs descendants, firent pression et financèrent le transfert de son corps pour qu'il soit enterré en Israël. En 1993, le Conseil du Musée mémorial de l'Holocauste de Washington DC (United States Holocaust Memorial Museum) décerna à titre posthume à Oskar Schindler la médaille du Souvenir du Musée. Rarement remise, cette médaille honore ses récipiendaires pour leurs actes extraordinaires pendants la Shoah. Emilie Schindler accepta la médaille au nom de son époux lors d'une cérémonie dans le Hall du Souvenir (Hall of Remembrance) du Musée.

L'histoire de Schindler devint mieux connue grâce au film La liste de Schindler de Steven Spielberg, sorti en 1993. Le film est basé sur un roman du même nom écrit en 1983 par Thomas Keneally et qui relate la vie et l'action de Schindler. Le film rencontra le succès auprès des critiques et du public.

Thank you for supporting our work

We would like to thank The Crown and Goodman Family and the Abe and Ida Cooper Foundation for supporting the ongoing work to create content and resources for the Holocaust Encyclopedia. View the list of all donors.